TechTarget
Accès rapide :
Definition

Base de données cloud (DBaaS et traditionnelle)

Une base de données cloud est un ensemble de contenus, structurés ou non structurés, qui réside sur une plateforme d'infrastructure de cloud computing privée, publique ou hybride.

Les bases de données cloud se déclinent en deux modèles : traditionnel ou à la demande (DBaaS).

Dans un modèle cloud traditionnel, une base de données s'exécute sur l'infrastructure du service informatique, via une machine virtuelle. C'est donc à l'équipe informatique de l'entreprise qu'il incombe de superviser et d'administrer la base de données.

Qu'est-ce qu'une base de données à la demande ?

A l'opposé, le modèle DBaaS est un service payant sur abonnement où la base de données s'exécute sur l'infrastructure physique du prestataire de services. Différents niveaux de service sont généralement proposés. Dans un contrat DBaaS classique, le prestataire gère l'infrastructure et la base de données et laisse la gestion du contenu et des opérations aux soins du client.

Par ailleurs, un client peut souscrire un contrat d'hébergement géré, auquel cas il revient au prestataire d'assurer la maintenance et l'administration de la base de données. Cette dernière solution peut s'avérer très intéressante pour les petites entreprises ayant besoin d'une base de données, mais manquant d'expertise informatique.

Avantages d'une base de données cloud

Par rapport à l'utilisation d'une base de données traditionnelle, avec serveur physique et architecture de stockage sur site, une base de données dans le Cloud présente des avantages de taille, à savoir :

  • Elimination de l'infrastructure physique. Dans un environnement de base de données cloud, le fournisseur des serveurs, du stockage et des autres infrastructures de cloud computing est chargé d'assurer leur maintenance et leur disponibilité. L'entreprise qui détient et exploite la base de données n'est responsable que de la prise en charge et de la maintenance du logiciel de base de données et de son contenu. Dans un environnement DBaaS, il incombe au prestataire de services d'assurer la maintenance et le fonctionnement du logiciel de base de données. Les utilisateurs n'ont alors à gérer que leurs propres données.
  • Economies. L'infrastructure physique n'étant plus détenue ni exploitée par un service informatique, d'importantes économies peuvent être réalisées : réduction des dépenses d'investissement, des effectifs, des coûts d'exploitation (électricité, ventilation, climatisation) et de l'espace physique nécessaire.

Avantages d'une base de données à la demande

Outre les avantages offerts par l'installation d'une base de données dans le cloud, le contrat passé auprès du fournisseur du service DBaaS présente d'autres atouts :

  • Evolutivité immédiate. Si, pour une raison quelconque (pics d'activité saisonniers, hausses inopinées de la demande), il fallait augmenter la capacité de la base de données, le fournisseur du service DBaaS peut, moyennant finance, accroître à la demande la capacité, le débit et la bande passante via sa propre infrastructure. Dans le cas d'une base de données implantée au sein d'une infrastructure traditionnelle sur site, il faudrait compter des semaines, voire des mois, avant l'achat et l'installation de nouvelles ressources (serveurs, stockage ou communication).
  • Performances garanties. Dans le cadre d'un accord de niveau de service (SLA), le fournisseur DBaaS est dans l'obligation de proposer des garanties stipulant la disponibilité minimale et le temps de réponse des transactions. Un SLA prévoit aussi des compensations financières et des voies de recours en cas de non-respect des seuils de performance définis.
  • Compétences spécialisées. Dans les équipes informatiques d'entreprise, à l'exception des grandes multinationales, la présence d'experts des bases de données tient de la gageure et les conserver coûte très cher. Dans un environnement DBaaS, le prestataire desservant des milliers de clients, il a bien moins de mal à recruter, à financer et à fidéliser les meilleurs talents.
  • Technologie la plus récente. Pour rester compétitifs, les fournisseurs DBaaS s'attachent à tenir à jour les logiciels de base de données, les systèmes d'exploitation des serveurs, ainsi que tous les autres aspects de l'infrastructure, en appliquant les mises à jour fonctionnelles et de sécurité régulièrement publiées par les éditeurs de logiciels.
  • Prise en charge du basculement. Pour respecter ses engagements en termes de performance et de disponibilité, un fournisseur de services de base de données doit impérativement garantir la continuité du service en cas de panne du datacenter principal et ce, quelle qu'en soit l'origine. La prise en charge du basculement implique généralement l'exploitation de plusieurs sites de mise en miroir et de stockage des données. Géré correctement, le basculement vers un datacenter de secours devrait passer totalement inaperçu aux clients de ce service.
  • Prix en baisse. Compte tenu des avancées technologiques et de la concurrence intense à laquelle se livrent les principaux prestataires de service, toute une gamme de services de cloud computing fait l'objet d'un réajustement continu des prix. La baisse des prix constitue un argument majeur en faveur de la migration vers le cloud des bases de données et autres infrastructures informatiques sur site.

Architecture des bases de données cloud

A l'instar de leurs ancêtres traditionnels, les bases de données cloud peuvent se diviser en deux grandes catégories : relationnelles et non relationnelles.

Une base relationnelle, généralement écrite en langage SQL (Structured Query Language), se compose d'une série de tables interconnectées où l'information est organisée en lignes et en colonnes. La relation entre les tables et les colonnes (champs) est définie dans un schéma. De par leur conception, les bases de données SQL reposent sur des données au format homogène (transactions bancaires ou répertoire téléphonique, par exemple). Parmi les solutions les plus populaires, citons MySQL, Oracle, IBM DB2 et Microsoft SQL Server.

Les bases de données non relationnelles, quelquefois nommées NoSQL, ne s'appuient pas sur un modèle tabulaire. En revanche, elles stockent le contenu, indépendamment de sa structure, sous la forme d'un seul document. Cette technologie convient particulièrement aux données non structurées que sont, par exemple, les contenus des réseaux sociaux, les photos et les vidéos.

Migration des bases de données existantes vers le cloud

De nombreuses raisons peuvent inciter à faire migrer une base de données sur site vers une implémentation dans le cloud. Grâce à la migration, il est notamment possible de :

  • supprimer l'infrastructure physique sur site (serveurs et stockage) ;
  • combler le besoin en experts des bases de données lorsque l'équipe informatique ne dispose pas en interne des compétences adéquates ;
  • optimiser les traitements, surtout lorsque les applications et les solutions analytiques qui accèdent aux données résident aussi dans le cloud ;
  • réaliser des économies, notamment par les moyens suivants :
    • réduction du personnel informatique interne ;
    • baisse des prix des services dans le cloud ;
    • tarification à la carte, qui revient à payer uniquement les ressources réellement consommées.

La migration vers le cloud d'une base de données peut être un moyen efficace d'accroître les performances des applications métier dans le cadre d'un déploiement de logiciels à la demande de plus grande envergure. Les processus requis pour rendre les informations disponibles via des connexions Internet sont ainsi simplifiés. La consolidation du stockage peut être un autre avantage offert par la migration des bases de données d'une entreprise vers le cloud. Les bases de données de plusieurs services d'une grande entreprise, par exemple, peuvent être réunies dans le cloud au sein d'un même système de gestion de base de données hébergé.

Comment fonctionne une base de données cloud ?

D'un point de vue structurel et conceptuel, une base de données cloud ne diffère en rien d'une base de données fonctionnant sur site, sur les propres serveurs d'une entreprise. Elle ne se distingue que par l'emplacement où elle réside.

Alors que les utilisateurs locaux se connectent à une base de données sur site via le réseau local interne de leur entreprise, ils doivent passer par Internet pour accéder à une base de données cloud, résidant sur les serveurs et les unités de stockage mis à disposition par un fournisseur cloud ou DBaaS. Pour une application, par exemple, peu importe que la base de données SQL réside sur site ou dans le cloud.

Que l'accès se fasse par le biais de requêtes directes (comme des instructions SQL) ou via des appels API, la base de données devrait se comporter de la même manière. Seuls les temps de réponse sont susceptibles de légèrement varier. Ils seront probablement plus rapides avec une base sur site et un accès par réseau local qu'avec une base de données cloud, puisque dans ce dernier cas chaque interaction avec la base donne lieu à un aller-retour sur Internet. Dans la pratique néanmoins, les écarts devraient être minimes.

 

Cette définition a été mise à jour en mai 2018

- ANNONCES GOOGLE

LeMagIT

Close